Traduire page avec Google

Article Publication logo décembre 7, 2023

Biodiversité: Cameroun, Congo face au phénomène des conflits homme- bêtes sauvages autour des parcs nationaux

Auteurs:
forest in Cameroon
Anglais

Wild animals are roaming to the vicinity of homes, raising concern.

author #1 image author #2 image
Plusieurs auteurs
SECTIONS
Un éléphant dans un champ : image Minfof
Un éléphant dans un champ. Image par Minfof.

Le Congo Brazzaville et le Cameroun, sont deux pays d’Afrique Centrale qui abritent un vaste réseau d’aires protégées dans lequel existe une riche biodiversité animale. Ces aires protégées sont situées dans des espaces multipartites et multifonctionnels ce qui engendre des conflits entre parties prenantes mais aussi entre l’homme et la faune sauvage.


Au Cameroun les localités de Campo dans le sud du pays frontalière avec la Guinée Equatoriale et Messok-Ngoyla à l’Est, sont apparues ces dernières années, comme des épicentres de cette coexistence conflictuelle entre l’homme et les bêtes sauvages ; en cause, les animaux des Parcs Nationaux de Campo Ma’an et de Nki abandonnent leurs espaces naturels pour pénétrer dans les villages à la  chercher de la nourriture en détruisant au passage champs et plantations et s’attaquent même parfois aux humains.

A Nkoelone, un village situé à 2km du Parc National de Campo Ma’an, Marcelline Ngono une cultivatrice que nous avons rencontrée était  sans voix : son hectare de vivres fraichement plantés ressemble désormais à un champ de ruine : « Partout ici  dans mon champ, il y avaient le macabo, le plantain la banane, le manioc et les pistaches ; il a tout dévasté.» se plaint elle après le passage d’un éléphant.  Depuis plusieurs années les éléphants, les gorilles les guenons et bien d’autres animaux sauvages  font des incursions régulières dans les champs et plantations des villageois et ravagent tout. A Akak, village voisin de Nkoelone les crottes et les marques de pattes  du pachyderme sur le sol,  étaient encore fraiches dans le champ de patate, d’ignames et de manioc totalement détruit derrière la maison de Florence Bezibi lors de notre passage. 


En tant qu'organisation journalistique non lucrative, nous dépendons de votre soutien pour financer le journalisme qui couvre les sujets peu médiatisés dans le monde. Faites un don aujourd'hui, quel que soit le montant, pour devenir un Champion du Centre Pulitzer et avoir d'avantages exclusifs!


Machette à la main ce jour-là, elle nous conduit dans son champ, en zigzaguant entre les plants de  cacao aux branches arrachées et enjambant les troncs de cocotiers et d’avocatiers  renversés.  L’agricultrice avance en pestant contre  « ces bêtes sauvages qui détruisent tout sur leur chemin » Cette dernière affirme ne plus savoir quoi faire car les éléphants saccagent tout, « même les repousses de bananiers plantains ». Comme elles, Pie Parfait Ondo cultivateur au village Assok Bitandé a pris la décision de ne plus mettre pied dans sa plantation de deux hectares de plantain et de manioc située à un kilomètre de son domicile. Il y a quelques mois, il s’y était rendu comme chaque matin lorsqu’il a découvert le « désastre ». Il a pris la décision de ne plus jamais y retourner jusqu’à notre visite.  Ici, les mois de janvier jusqu’en avril sont particulièrement redoutés ; il s’agit des périodes où les éléphants rodent  en permanence par vague  autour des habitations de jour comme de nuit à la recherche de nourrir. Les animaux discutent désormais la nourriture avec les humains. Depuis plusieurs années  racontent- il « les récoltes sont quasi inexistantes  à cause des visites sans cesse croissantes des bêtes sauvages dans nos champs, on mange plus du riz ici qu’autre chose alors que nous cultivons la terre. Mais les animaux ne nous laissent rien dans les champs » fulmine l’homme.

 Adjila, est  un petit village situé à 11 km du centre-ville de Ngoyla  dans le département du Haut Nyong région de l’Est ; autre fois, il était très réputé  pour l’abondance en viande de brousse. Ici également  ce sont les pleurs et les cris. Les plantations de cacao, de plantains, les champs d’arachide ou encore de manioc sont envahies et les cultures détruites chaque fois par les animaux qui viennent du parc national de Nki et même d’ailleurs (a-t-on appris sur place). Ils font des dégâts importants dans les champs des riverains au parc. Medjo Donatien, chef du village d’Adjila, est dépité comme ses sujets. “Les hérissons et les taupes s’attaquent respectivement aux patates, aux arachides, au manioc. Même les jeunes pousses ne sont pas épargnées”, déclare l’octogénaire. Ngue Christophe Arthur, habitant de Ngoyla propriétaire d’une bananeraie à Adjila, est désemparé. Les éléphants et les grands singes s’adonnent à cœur joie dans sa plantation: ils s’attaquent aux pieds de bananier, aux cacaoyers, s’offusque le natif de Ngoyla. “Nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer”, s’écrie la cultivatrice Abah Madeleine, sa voisine.  

A Messok, la situation est identique. “Les femmes ont même déjà peur de remettre les pieds dans leurs champs”, explique le Conseiller régional Beng Bimeng Joël Maxime. Ici, les gorilles, les chimpanzés et les éléphants sont les principaux animaux sauvages qui dévastent les champs de manioc, les arbres à fruits et autres bananiers, affirme l’élu local.

Selon un éco garde qui a requis l’anonymat, la présence des animaux du parc national de Nki dans les plantations villageoises a plusieurs explications : les champs des habitants de Ngoyla comme de Messok sont à proximité des limites du parc, ce qui rend facile l’accès des bêtes dans les plantations. A cela il faut ajouter le braconnage à l’intérieur  du parc, exercé par les Peuples Autochtones  Baka qui y trouvent leur compte. Une activité qui, en croire l’éco garde,  pousserait les animaux hors des limites de l’aire protégée pour aller ailleurs, et notamment dans les plantations paysannes, rappelle-t-il.

De l’autre  côté, le conseiller municipal Nkouom Metchio Cyrus de Ngoyla souligne que la conservation a “effectivement réussi”, puisqu’elle a permis  d’accroître le nombre d’animaux sauvages dans le parc.  Plus nombreux qu’avant, et la compétition pour la subsistance aidant  les animaux sont parfois obligés de quitter le parc lorsque la nourriture se fait rare surtout lorsque les arbres fruitiers ne produisent plus en forêt. Conséquence, ils envahissent les plantations des habitants afin de trouver leur pitance, argue notre interlocuteur.

Des morts et des blessés au Congo Brazzaville

  La cohabitation  difficile entre les hommes et les bêtes sauvages autour des parcs nationaux ne touche pas seulement le Cameroun ; son voisin le Congo Brazzaville connait également le même problème : c’est le cas dans  des districts de Nzambi et de Madingo-Kayes, où une trentaine de localités ont ainsi été victimes d’au moins une descente d’éléphants ces derniers mois avec mort d’homme. Deux  personnes ont été tuées par des pachydermes à Tié-Tié, un village proche de la frontière gabonaise, ainsi qu’à Sialivakou, situé à environ 130 kilomètres au nord de Pointe-Noire et deux chasseurs grièvement blessés. 

À la périphérie et au sein même du parc national de Conkouati-Douli (PNCD), les éléphants s’attaquent régulièrement à des plantations. Ces troupeaux, qui cherchent à se nourrir, font des dégâts considérables : montagnes de déjections, cultures dévastées, tarots, ignames, manioc, etc sont arrachés  et abandonnés sur place. Une habitante de Sialivakou se souvient du spectacle de désolation  après le passage de pachydermes sur son champ : « Rien de plus triste que de ne pas pouvoir jouir du produit de son travail. Quand je pense à tous mes efforts physiques et les dépenses effectuées pour le défrichement ou l’abattage d’arbres et d’arbustes… C’est comme si on venait de m’enterrer vivante », se plaint Célestine Bouanga. 

Cette dernière, découragée, a carrément décidé de jeter l’éponge. Cette quadragénaire, qui se bat comme elle peut pour subvenir à ses besoins grâce à la vente de produits comme le manioc, ne sait plus à quel saint se vouer. « L’argent que mon mari gagne grâce à la pêche est habituellement investi dans certains projets. Mais depuis que j’ai renoncé à l’agriculture à cause des éléphants, le pauvre souffre, car je suis totalement dépendante de lui », confie-t-elle.

Villages abandonnés

 Célestine Bouanga n’est pas la seule à avoir abandonné l’agriculture pour ces raisons. D’autres agricultrices du secteur, qui travaillaient sur de faibles superficies, ont fait pareil, sans pour autant  trouvé une activité de substitution. « Imaginez-vous une femme célibataire qui ne sait pas pratiquer la pêche. Elle va souffrir ! Donc, cette affaire d’éléphants est un véritable frein à l’autonomisation de la femme », explique Gérald Boungou, habitant de Tandou-Ngoma. « Beaucoup de femmes s’approvisionnent désormais en produits vivriers à Pointe-Noire, alors que, dans le passé, elles produisaient aussi pour cette ville », explique Germaine Tchitoula, habitante du village Noumbi, au bord du fleuve éponyme. 

Face à cette  situation, certains villageois ont choisi de s’installer ailleurs. Cette vague de migration a entrainé une baisse de la population dans le village Tandou-Ngoma qui  a ainsi vu sa population passer de 500 à 372 âmes. « Ils quittent le village pour s’installer dans d’autres localités comme Tchibota, Bondi, Kondi et Tchilounga, qui sont peu fréquentées par les éléphants. Du moins, jusqu’ici… », témoigne Jean Léon Maboumba, chef du village Tandou-Ngoma. 

Des barriers électriques pour éloigner les élephants des plantations

Pour atténuer le phénomène et sauver les populations d’une famine  certaine pour les années avenir  la société civile congolaise a opté pour la construction des barrières électriques  autour des plantations. Aujourd’hui cette solution commence à produire des résultats, le village Bomassa en est un exemple :   « Avant, on souffrait pour nos plantations qui étaient souvent dévastées par les éléphants. Avec l’arrivé du projet Elanga, aujourd’hui dans le village Bomassa nous avons en permanence le manioc, les arachides, la banane et bien d’autre arbres fruitiers… », lâche tout joyeuse Louise Ngouengué, la soixantaine accomplie, mère de famille. Elle fait d’ailleurs  partie des 59 familles qui expérimentent la barrière électrique protège les plantations des inclusions des pachydermes et d’autres espèces animales mis en place par l’ONG américaine Wildlife conservation society (WCS) dans le cadre du projet “Elanga (plantation en langue lingala)”. 

Ce phénomène devenu très récurrent dans les départements forestiers du Bassin du Congo, et qui met à mal la coexistence entre  l’homme et la faune sauvage  entraine aussi la raréfaction de certains produits agricoles. Avec la cloture électrique les choses commencent à changer : « Avant qu’on expérimente la barrière électrique, nos plantations étaient dans la forêt et constamment dévastées par les éléphants, depuis la mise en place de la barrière électrique tout autour de nos plantations ils (éléphants) ne s’approchent plus et nos produits champêtres sont sécurisés », se réjouit Jean Pierre Mbingo, autochtone et l’un des agriculteurs à « Elanga ».

Barrière électrique autour des plantations à Bomassa, République du Congo (photo Marien Massala )
Barrière électrique autour des plantations à Bomassa, République du Congo. Image par Marien Massala. DRC, 2023.

Il faut souligner qu’avant la mise place de la  barrière électrique, une quinzaine d’expériences avaient été développées à Bomassa, Bon-coin, Kabo ; malheureusement, elles ont  toutes été moins satisfaisantes ; c’est en 2019 que WCS a expérimenté le système de protection électrique dénommé projet « Elanga ». En lui-même, ce système est constitué d’un petit panneau solaire, de deux batteries de 100 ampères chacune et d’un appareil qui envoie la tension au niveau des câbles électriques.

A ce jour, cette barrière sécurise 4 hectares soit 4000m2 où sont installées 59 familles  qui pratiquent l’agriculture depuis juillet 2019 en toute sécurité et quiétude.  « Pour évaluer l’activité animal et la performance de la barrière, nous avons installé une quinzaine de cameras autour du champ et nous avons fait  le suivi durant 24 mois et enregistré durant ce suivi 130 visites d’éléphants avec 90 tentatives de destruction et aucune tentative n’a réussi, aucun éléphant n’a pu traverser la barrière, c’est à partir de ce suivi que nous avons effectivement conclu l’efficacité du système de protection électrique », explique Cisquet Kiebou Opepa, chargé au développement communautaire et responsable du volet coexistence homme-faune à WCS.

L’érection réussie de cette barrière vient consolider la coexistence paisible entre la population locale et les éléphants afin de promouvoir la préservation de la biodiversité et la sécurité alimentaire de la communauté. Pour sa part, le gestionnaire du Parc National Conkouati-Douli, (district de Nzambi ), l’Ong française Noé qui envisage   aussi l’érection d’une barrière électrique autour des plantations paysannes vient d’ élaborer un programme de regroupement de paysans locaux sur un même site. Ce programme est baptisé : Zone Agricole Protégée (ZAP)  : « Nous demandons aux communautés d’un même village de se regrouper sur un même champ. Il s’agira, par la suite, de réfléchir à la mise en place d’une clôture électrique qui repoussera les éléphants », explique Modeste Makani, responsable du développement communautaire au sein de l’ONG.  

L'expérience s'exporte dans la sous-région

Aujourd’hui, le succès que connait le champ électrique de Bomassa a permis non seulement de le vulgariser, il fait également l’objet d’étude de cas un peu partout. A Kabo par exemple un village un peu proche de Bomassa on annonce  l’installation d’une barrière dans les jours à venir pour protéger de 18 hectares de champs. Du côté du parc National Odzala Kokoua et le parc national de Ntokou- Pikounda, l’équipe de WCS a mis en place une plateforme d’échange, partager des expériences et des informations sur les questions liées à la multiplication de conflit entre l’homme et la faune sauvage. 

Au niveau de la sous-région de l’Afrique centrale, lors de la réunion des trois aires protégées de Lobeké au Cameroun, Dzanga-Sangha en Centrafrique et Nouabale Ndoki au Congo, tenue du 7 au 11 juin 2022 à Bayanga (RCA), il a été recommandé que l’expérience de Bomassa puisse être documentée et  partager aux autres aires protégées, afin qu’elles -aussi de leur côté voient comment elles pourraient l’appliquer selon leur contexte. Déjà au niveau du TRI-National la Sangha (TNS) le processus est en cours. « Nous recevons toujours  des appels et mails des amis de Djanga-Sangha avec lesquels on partage les informations sur le modèle de Bomassa, sur le design que nous développons ici.  Nous recevons beaucoup des appels et des messages », explique Cisquet.  

D’après l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) les conflits homme-faune surviennent lorsque les besoins élémentaires de la faune contrarient ceux des humains, ce qui engendre des conséquences négatives à la fois pour les communautés qui vivent à proximité de ces aires protégées et même au-delà et pour les animaux.

RELATED TOPICS

yellow halftone illustration of an elephant

Topic

Environment and Climate Change

Environment and Climate Change
a yellow halftone illustration of a truck holding logs

Topic

Rainforests

Rainforests

RELATED INITIATIVES

yellow halftone illustration of a pangolin

Initiative

Rainforest Reporting Grants

Rainforest Reporting Grants

Support our work

Your support ensures great journalism and education on underreported and systemic global issues